Utiliser ses mains pour manipuler des concepts

Une des toutes premières choses que j’observe, dès la deuxième heure de cours en septembre, ce sont les mains, le mouvement des mains des élèves. Ce sera mon premier diagnostic « sémiologique ». Il est important de les regarder agir et de « tenir compte de la complexité de toute action humaine individuelle et collective » écrit Jean-Louis Le Moigne. J’observe leurs capacités à les utiliser, leur aisance, leurs tâtonnements. Cette motricité, utilisant les zones du cortex moteur et renforçant l’hippocampe, est contrôlée par le cervelet. Or, les neurosciences nous apprennent que ce cervelet est également le siège de nombreuses fonctions cognitives, dont la manipulation de concepts, et, parmi les fonctions exécutives, la flexibilité mentale, le contrôle inhibiteur.

Les cours de grammaire peuvent avoir trois finalités : Lire la suite « Utiliser ses mains pour manipuler des concepts »

Publicités

Quel unique élève devons-nous sacrifier ?

« Si vous pouvez donner à quelqu’un la clé de sa propre puissance, l’esprit humain est si réceptif, si vous pouvez faire ça et ouvrir la porte à quelqu’un dans un moment crucial, vous les éduquez dans le meilleur sens. Vous leur apprenez à s’ouvrir eux-mêmes les portes. En fait, le sens exact du mot éduquer vient de la racine « educe ». Elle signifie, produire ce qui est à l’intérieur, révéler le potentiel. Alors quel potentiel voulons-nous révéler ? » Aimee Mullins

Il existe des personnes que je ne connais pas et qui demeurent d’heureux obstacles à mon parcours. Obstacles car ils m’ont obligé à considérer la puissance des paradoxes et des exceptions. Parmi tous, je pourrais citer Romain Gary, son livre Chien Blanc. Une conférence de Paul Watzalawick. Plus récemment l’histoire et l’intervention de Malala Yousafzaï.

Ainsi, un jour, à la suite d’un conseil de classe, je me suis posé cette question : Lire la suite « Quel unique élève devons-nous sacrifier ? »

Ne pas oublier de conjuguer en conjugaison, et ailleurs aussi.

Un élève est un être vivant. Il est ainsi un système. Un système ouvert. Il est « une structure dissipative qui s’auto-organise », explique François Roddier, dans Thermodynamique de l’évolution. S’il accumule des informations dans ces différentes mémoires qui se complètent, il en perd également. Ainsi, un élève est le produit de ses compétences, de son agilité dans des situations variées et toujours incertaines. Il possède un design qui lui est propre, des capacités cognitives particulières. Il a une valeur, une valeur humaine, toujours positive et en aucun cas placée sur une graduation comprise entre 0 et 20. Ne pas oublier également l’aspect pervers de la note comprise entre 1 et 9, donc « sous la moyenne » qui n’a qu’une valeur négative ; valeur négative très bien comprise par les élèves, et en aucun cas incitative. Lire la suite « Ne pas oublier de conjuguer en conjugaison, et ailleurs aussi. »

En cours de littérature, je m’ennuie car les élèves travaillent sans moi.

Lorsque les élèves viennent en cours de français pour étudier la littérature ou la dramaturgie, je ne pense pas qu’ils désirent assister, pour leur formation, à une conférence agrémentée d’un semblant de participation d’une poignée d’entre eux afin d’asseoir définitivement le point de vue de l’adulte-enseignant-conférencier, assis le plus souvent derrière son bureau. Lire la suite « En cours de littérature, je m’ennuie car les élèves travaillent sans moi. »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑