Présentation synoptique et holarchique du programme de Français, 2018, cycle 4

Après les programmes de français, cycle 4 de 02016, une présentation similaire pour les programmes de Juillet 02018. En format A1, pour affichage en salle de classe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 20 octobre 02018 :

Ces programmes sont maintenant provisoires et sont valables jusqu’en juin 02019, en attendant la conclusion des repères annuels en 5e, 4e et 3e.

Publicités

(Ne pas ?) Créer un forum ouvert et des ateliers libres

En 02009 – 02010, j’ai assisté à de nombreux cours dans mon établissement, assis au milieu des élèves, là où des collègues acceptaient ma présence silencieuse. J’ai participé à des cours de biologie, de physique, d’anglais, de français, de maths, d’EPS, ou d’histoire, observant le déroulement de ce que les élèves pouvaient vivre.

J’ai également assisté à des activités en maternelle, CP, CE1, CE2, et CM2.

J’ai beaucoup appris.

Appris sur le cours et les concepts abordés, appris aussi sur les modes de communication, les échanges entre les élèves et/ou entre les élèves et l’enseignant, ou les déplacements de l’enseignant dans la salle de classe. C’est à partir de ces observations que j’ai su ce que je voulais mettre en place et ce que je ne voulais plus faire dans mes cours. Commencer à être un praticien réflexif, c’est grâce à une collègue d’EPS qui écrivait quelques réflexions à la fin de ses cours afin de s’améliorer. Lire la suite « (Ne pas ?) Créer un forum ouvert et des ateliers libres »

En lisant #hyperlean, de Cecil Dijoux

Mon virage professionnel a commencé en 2009 lorsque je me suis intéressé de très près au Socle commun des Compétences. Ce socle était à l’époque un sujet tabou. Il venait de paraitre et personne n’osait en parler. Nous n’avions reçu aucune information, ni formation. Les réflexions rapides à propos de ce « nouveau programme » disait-on, tournaient autour d’un sous-programme. Par conséquent personne ne voyait l’intérêt de l’utiliser. Les prises de conscience ont évolué depuis.

En effet, il s’agissait de prendre en compte les aptitudes des élèves à s’approprier leurs apprentissages, à devenir responsables et autonomes dans un cadre éducatif, à l’intérieur d’un programme général. Il s’agissait donc d’envisager une forme de pédagogie active, issue des réflexions et travaux de John Dewey, courant de pensée adopté par Maria Montessori ou Célestin Freinet. Lire la suite « En lisant #hyperlean, de Cecil Dijoux »

EdUCARYOTE : apprendre du vivant et respecter le vivant

En fin de Billet, MàJ du 30 septembre 02018

  • Définir des zones, des espaces, des domaines d’influences.
  • Proposer une carte de ces zones d’influences afin de modifier mon état d’esprit.
  • Perdre les automatismes inscrits dans mes manières de penser, réagir, agir.
  • Avoir le choix.
  • Prendre des décisions sous forme d’hypothèses pouvant être confrontées rapidement à des feedbacks divers et variés.

-> Cette carte des espaces d’influences pourrait être intitulée EdUCARYOTE.

Ayant débuté une prise de conscience majeure en 2009 à la suite de la publication du socle commun des compétences, je commence maintenant à avoir une vision de plus en plus précise de mon cheminement dans l’enseignement. Je progresse lentement : j’ai besoin d’être certain de ne pas créer trop de dégâts pour les élèves dès que je veux expérimenter. J’avance donc par petits pas. Lire la suite « EdUCARYOTE : apprendre du vivant et respecter le vivant »

Sur le chemin du lean : amélioration continue et développement des personnes

Ce mercredi matin. Une classe de 5e, des enfants de 12 et 13 ans. 5 absents.

Le sprint de 8 heures de leur troisième période d’expérimentations inspirée de scrum-kanban-xp vient de se terminer. Il est temps de se consacrer à un bilan, une rétrospective réflexive. Après avoir écrit leurs « compliments, remerciements ou bravo » sur leurs coeurtes, ils indiquent, sans concertation avec les autres élèves du groupe, leurs points positifs et leurs points négatifs : Lire la suite « Sur le chemin du lean : amélioration continue et développement des personnes »

Apprendre la gratitude et l’empathie avec des Coeurtes

Dans un établissement scolaire, nous ne produisons rien. La priorité n’est pas le transfert d’énergie ou la création de matériels ou de services. Le but est de permettre à chaque enfant de transformer des messages en informations. Ce sont ces transformations, ainsi que les expérimentations qui en découlent, qui permettent la possibilité de développements cognitifs. Ces développements entrainent, si possible, pour les enfants de meilleures capacités de compréhension du monde qui les entoure et ainsi de meilleures possibilités pour pouvoir répondre aux changements.

Expliquer ce qu’est enseigner semble impossible. Enseigner et apprendre sont des processus complexes et chaotiques pour lesquels les solutions n’existent que dans l’instant. Enseigner et apprendre sont intimement liés au contexte ou à l’environnement et à l’individu ou à ses capacités sensorielles, émotionnelles, cognitives. Enseigner et apprendre sont des actes à la fois intimes ainsi que le résultat d’interactions entre des individus. Lire la suite « Apprendre la gratitude et l’empathie avec des Coeurtes »

Enseignement et Spirale Dynamique

En 2008, j’effectuais une formation en Spirale Dynamique avec Patricia et Fabien Chabreuil. Peu après cette formation, avec Fabien Chabreuil nous avons élaboré un document de réflexion pour accompagner les enseignants à comprendre les enfants avec plus de finesse et à faire ainsi émerger une démarche de bienveillance.

Ce modèle de Clare Graves, professeur de psychologie Américain, présentant la complexité humaine, permet également de comprendre l’émergence de systèmes auto-organisés présentés par Frédéric Laloux dans ce livre Reinventing Organizations et dans cette conférence.

Presque dix après après avoir réfléchi sur ce modèle d’enseignement encadré par la Spirale Dynamique, je me rends compte que j’applique toujours ce que nous avions écrit, même s’il faudrait modifier quelques éléments. Je pense que c’est de cette manière que j’ai pu jusqu’à maintenant pratiquer mon métier avec sérénité, en rejetant toute forme de punitions ou d’exclusions.

Cette réflexion annonçait déjà le mouvement agile que j’allais découvrir en 2012. Lire la suite « Enseignement et Spirale Dynamique »

Scrum, première approche en éducation

( 8 février 02018 : Mises à jour en fin de billet)

J’essaie d’améliorer mon enseignement dans un état d’esprit Agile à travers 4 valeurs. Je continue de m’éloigner de l’aspect profondément cartésien, tayloriste et militaire de la structure actuelle de l’enseignement dans une salle de classe.

De nombreuses méthodes ont permis de faire émerger les valeurs agiles en 02001. Parmi ces méthodes, je pourrais citer le cadre de développement de produit complexes Scrum de Ken Schwaber et Jeff Sutherland (01996), ou la méthode Extreme Programming de Kent Beck et Ron Jeffries (01999), ou encore la méthode Crystal Clear d’Alistair Cockburn (01997).

L’agilité, ce n’est donc pas une seule méthode, une seule manière de progresser dans l’apprentissage. C’est surtout, avant tout, un état d’esprit qui permet de naviguer dans la complexité à l’instar du Macroscope de Joël de Rosnay.

« Être agile » c’est pouvoir s’adapter dans un environnement que l’on connait parfaitement, son métier, mais qui change, fluctue, ou se métamorphose plus ou moins lentement. Il faut garder à l’esprit qu’un environnement, une planète, un territoire, un écosystème, un groupe d’individus, un individu, n’est (ne sont) jamais immuable(s), définitif(s), figé(s).
Lire la suite « Scrum, première approche en éducation »

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑