Etendre la salle de classe hors des murs : Slack pour l’éducation et l’instruction

En classe, les élèves ont le droit d’utiliser leur smartphone pour des besoins pédagogiques. « Utiliser les ressources nécessaires (contenus et services) aux apprentissages » grâce à un Equipement Individuel Mobile devient officiellement une aide pour l’enseignement, rappelle le Ministère de l’Education Nationale en juin 2015. De la même manière NetPublic précise que « Il s’agit de travailler sur des compétences essentielles dans le monde d’aujourd’hui : pouvoir accéder à des informations, les vérifier avec un esprit critique, mettre en oeuvre des savoirs construits et organisés, développer l’esprit d’initiative et la créativité en mode projet et en mode collaboratif… Ces compétences mêlent la lecturel’écriture, la navigation et l’organisation dans un environnement médiatique et numérique contemporain où l’exercice de la citoyenneté est bien sûr de mise ».

Cependant, je me suis souvent demandé comment étendre les cours, l’esprit d’initiative, le mutualisme, hors des murs de la salle de classe, pouvoir prolonger l’esprit d’aide, de collaboration et de coopération au-delà des frontières du collège. De plus, je ne donne que très peu de travail à la maison car :

  • Je considère que les expérimentations se font en classe car je ne peux aider les élèves lorsqu’ils sont chez eux, ou très peu d’enfants ont des parents qui peuvent leur donner des conseils
  • De très nombreux élèves (parfois 70%) ne font rien chez eux, ne lisent pas le texte demandé, ou n’apprennent pas les mots suggérés, ou ne préparent pas le sujet de rédaction, soit par manque d’envie soit par absence d’aide.

Ce double défi a toujours été une contrainte; il me fallait trouver une solution.

J’avais testé jadis des accompagnements sur Blog, Twitter, Facebook, mais je n’avais jamais été pleinement satisfait. J’ai conservé Facebook avec les élèves pour rester en relation avec les anciens, ceux qui le souhaitent, et les accompagner pour des aides ponctuelles, ou garder un simple contact.

Emergence

J’ai découvert il y a une semaine l’application Slack, une application de collaboration utilisée aussi dans l’Agilité. C’est une application très simple, bien plus plus souple et efficace que Twitter ou que les environnements numériques éducatifs (Pronote, Liberscol, Atrium).

Parmi les applications accompagnant le travail collaboratif, il existe également FramateamLammer ou Postclass pour le même type d’échanges dans une équipe.

Slack répond complètement à ce que j’attendais pour pouvoir continuer à construire chez les élèves un état d’esprit d’entraide, ce qui ne va pas de soi. Cette application va pouvoir compléter et accompagner toutes les expériences faites en salle de classe. Il s’agit d’un espace privé, donc nous sommes entre nous, comme dans une salle de classe.

J’espère également pouvoir relancer les expérimentations à la maison par l’intermédiaire de cette application puisque chaque élève connecté peut alors être aidé par ses pairs.

Aussitôt après avoir découvert Slack, j’en parle aux élèves. Ils ont l’air enthousiastes.

logoslack.png

Je teste donc cette application pendant ces deux mois de fin d’année avec les élèves des classes de 3ème et 4ème, soit 54 élèves de 13 à 15 ans. Je souhaite être efficace dès la rentrée 2016. En effet, j’envisage d’utiliser Slack toute l’année 2016-2017 en 3ème, et en 4ème car l’expérience me montre dès à présent qu’ils sont capables de l’utiliser, avec plus d’enthousiasme que les enfants de 3ème. Je n’inclus pas les enfants de 5ème, à mon avis trop jeunes (mais pourquoi ne pas essayer?).

Pour les élèves de 3ème, je tente des accompagnements et des révisions pour le Brevet et pour l’Histoire des Arts. Pour les élèves de 4ème, je teste le prolongement des cours en dehors de l’espace physique de la classe. Nous restons ainsi entre nous, comme dans la salle 120, même si cette fois, les parents peuvent jeter un oeil sur les discussions pédagogiques.

Test d'une discussion et #zones pédagogiques (à gauche)
Test d’une discussion et #zones pédagogiques (à gauche)

Slack est une application en anglais. Seuls les élèves invités par mail peuvent s’inscrire sur la « Team-classe ». Nous sommes donc entre nous. Passé l’inscription toutes les discussions se déroulent en français. Comme sur tous les réseaux sociaux, l’application présente une page sur laquelle tous les élèves peuvent intervenir.  Ensuite, je décide d’ouvrir des sujets de discussions par l’écriture en fonction du programme : #dictée, #rédaction imagination, #rédaction réflexion, #participe passé, #histoire des arts, etc…

L’intérêt est de recréer l’ambiance de la salle de classe et que chaque élève puisse retrouver rapidement les informations qui l’intéressent ou être aidé en dehors des murs de la salle de classe.

Ainsi :

  • Si un élève pose une question sur un cours, une notion ou un exercice, tous les autres élèves peuvent lui répondre.
  • Si un élève est absent, n’importe quel autre élève (ou moi) peut photographier son cours dans son cahier et le diffuser.
  • Si je pose une question, tous les élèves peuvent répondre.
  • Je peux demander à chaque élève de recopier son interprétation d’un texte littéraire. Tout le monde peut ainsi rapidement s’enrichir du point de vue des autres.
  • Pour les exercices de lectures expressives, je peux demander à chaque élève d’enregistrer chez lui sa lecture d’un texte (poème, récit ou théâtre) et de placer son enregistrement sur Slack afin de l’écouter pendant le cours.
  • Je peux ajouter des informations à propos d’un cours, ou créer rapidement des quiz sur une notion ou un texte afin d’accompagner tous les élèves.

Test d'un sondage

Test d’un quiz

Je propose donc aux élèves d’utiliser Slack chez eux, sur leur smartphone, sur leur ordinateur ou tablette.

Je pense que cette application me permettra de réduire efficacement le nombre de photocopies ; je pourrais ainsi photographier un texte ou un exercice dans n’importe quel ouvrage et le diffuser à l’ensemble des élèves. Ils n’auront plus besoin d’emporter un manuel, ou de l’oublier.

Je leur propose également de l’utiliser en classe pour le cours de français ou pendant une évaluation pour revoir certaines notions qu’ils ne connaissent pas encore par coeur ; une manière de retrouver des informations rapidement et les utiliser pour résoudre un problème. Ils peuvent également, lorsqu’ils sont en groupe en salle informatique, utiliser cette application pour partager des informations en temps réel, si le réseau le permet.

Le but de cette extension de la salle de classe par l’intermédiaire de cette application est d’augmenter les interactions, et que ces interactions puissent accompagner le développement sensoriel, émotionnel et cognitif de chaque élève.

importer des images et les utiliser hors connexion
importer des images et les utiliser hors connexion

Pour cette première expérience, en une semaine, très peu d’élèves se sont inscrits même s’ils ont montré de l’intérêt ou de l’enthousiasme. Ainsi, pour le moment, seulement 4 élèves en 4ème et 9 élèves en 3ème sont venus rejoindre les équipes de Slack. J’ai l’impression que ces jeunes enfants de « la génération z » ou « génération alpha » ne sont pas encore au fait du potentiel du numérique.

ajout – 21 mai 2016 : 50% des élèves se sont inscrits et sont actifs en 4ème. En progrès. Avec 45% d’inscrits en 3ème, très peu d’activité sur slack, finalement comme dans la classe.

ajout – 31 mai 2016 : sur 70% en 4ème inscrits, 40% participent aux quiz littéraires. Sur 73% en 3ème, 40% participent aux quiz littéraires.

(à suivre…bilan fin juin)

Publicités

20 commentaires sur “Etendre la salle de classe hors des murs : Slack pour l’éducation et l’instruction

Ajouter un commentaire

  1. Toute cette experience est passionante. Connaissez vous google classroom qui va encore plus loin et qui en plus est en français.

  2. Bonjour,
    Sur le même principe que Slack, Il existe Yammer (outils gratuit de Microsoft) qui a l’avantage d’être en français.

  3. Je prends note pour Slack, ça a l’air très intéressant, par contre concernant l’utilisation du smartphone en classe, au collège, ça n’est pas une question de règlement intérieur ou d’utilisation pédagogique ou pas, c’est interdit par la loi, dans tous les cas, aucune exception n’est possible.

    Pour revenir à Slack, je suis allé voir sur leur site et il y a plusieurs options payantes. Est-ce que l’option gratuite suffit, il semble qu’elle soit limitée quant au nombre d’utilisateurs possibles?

    Et en faisant quelques recherches j’ai vu qu’il existait des alternatives libres et gratuites à Slack: Mattermost par exemple. À creuser peut-être si Slack est trop limité en version gratuite.

  4. Bonjour , je découvre ton blog avec enthousiasme !
    Je te tutoie car nous sommes collègues : je suis aussi prof de français .
    J’ai été en zone sensible , voici quelques années . La je suis dans un collège rural du sud . Ce que tu fais me plaît énormément .Mais je n’ose me lancer : ici , il y a des parents qui viennent exiger des cours comme ceci ou cela . .. Alors j’imagine si j’autorise le tel en classe . .. Sans parler du chef !
    Comment est ce chez toi ?
    En tout cas , merci pour ton partage et ta grande culture . Ça redonne envie !
    Bien à toi
    Maria

    1. Merci pour ce commentaire plein de vitalité.
      Pour le moment tout va assez bien puisque j’applique très scrupuleusement le programme officiel disciplinaire et le socle des compétences ainsi que les directives du ministère de l’éducation nationale en ce qui concerne le numérique, la littératie, la citoyenneté, l’interdisciplinarité, la pédagogie différenciée, l’aide individualisée, l’entrée dans le XXIeme siècle, l’apprentissage de la coopération et la collaboration, la notion d’hypothèse, etc…

  5. Aucun débordement ? Quelle chance tu as… Merci pour toute ces réponses.
    Effectivement, ce type d’application est plus souple que nos ENT ; mais je m’y intéresse aussi pour notre association disciplinaire régionale… et je réalise en te lisant qu’elle permettrait de résoudre certains problèmes de vie scolaire ! Je vais en toucher un mot à mes collègues, je crois que ça va leur plaire.

    Je commence à parcourir les différents liens, et une chose m’intrigue : pourquoi as-tu préféré Slack à Framateam ?

  6. Ton billet m’évoque deux expériences auxquelles j’ai participé ces dernières années : la classe sans devoirs et l’inscription à un forum de français.

    Il y a trois ans, notre Principal nous a proposé de créer une classe « sans devoirs » : nous faisions tous les mêmes constats que toi (absence de travail personnel chez la plupart de nos élèves). Nous avons accepté, puisque, lassés de nous battre avec les élève sur ce sujet, il y a bien longtemps que nous ne donnions plus d’exercices à faire à la maison. Seul le professeur d’Arts plastiques a refusé, car c’était irréalisable pour lui.
    Toute l’année, nous avons donc, en classe, fait et appris les leçons, fait et repris les exercices nécessaires, etc. A la fin de l’année… le bilan était catastrophique : les élèves étaient complètement démotivés et passifs. La seule matière où ils étaient enthousiastes, travaillaient volontiers et avaient fait de spectaculaires progrès ? Les Arts plastiques ! Même si elle s’est soldée par un échec, je suis heureuse d’avoir participé à cette expérience, car j’en ai tiré un enseignement précieux dans ma pratique : désormais, je ne donne plus d’exercices d’application à faire à la maison, seulement des travaux de création (mes travaux d’écriture libres hebdomadaires viennent de là).

    J’ai un jour découvert, grâce à Néoprofs, « La Cafet », un forum d’entraide pour les collégiens, où le Français prend une large place. J’y ai inscrit plusieurs classes ces dernières années, mais ça ne « prend » jamais… j’ai constaté que mes élèves passent tout leur temps sur Facebook, mais n’ont pas d’adresse mail ; qu’ils ignorent ce qu’est un forum, comment envoyer un message, comment chercher de l’aide… Sur La Cafet, ils passent leur temps à s’envoyer des messages privés truffés de fautes d’orthographe, et n’utilisent jamais le site pour progresser. Bref, j’ai abandonné… On nous parle sans cesse de l’utilisation du numérique chez les jeunes, mais on ignore à quel point leur emploi est routinier et circonscrit !

    En tout cas, l’application que tu présentes m’intéresse beaucoup. Comment l’as-tu découverte ? Quelle différence y-t-il avec un forum ?
    Questions subsidiaires : comment contournes-tu l’interdiction du portable au cours des activités pédagogiques (généralement inscrite au règlement intérieur) ? Comment évites-tu les débordements avec l’utilisation de ces appareils en classe (consultation Facebook, envoi de textos, prises de photos illégales, jeu en ligne, etc) ?

    1. Il n’y a aucun débordement avec l’utilisation des smartphones ; au contraire, certains ne veulent pas s’en servir lorsque je les invite à le faire. Donc mystère.

      Le règlement intérieur, article 3/b/alinéa 5, je cite : « L’usage des téléphones mobiles, des baladeurs et appareils électroniques sans usage pédagogique est interdit durant les périodes pendant lesquelles l’élève se trouve sous la responsabilité du collège« . ici ils en font un usage pédagogique.

      J’ai découvert cette application plus ou moins par hasard, de fil en aiguille et d’aiguille en botte de foin… C’est à peu près le même principe qu’un forum et c’est une application, donc notifications possibles. Fin juin, je détruis chaque Team, je ne garde rien. Le cahier de chaque élève est le support primordial ; je considère que Slack n’est qu’un simple accompagnement, un prolongement de la classe, pendant l’année scolaire, accessible facilement.

      Une classe sans devoirs ? Les expériences sont primordiales, c’est vrai. J’ai expérimenté cette année deux situations afin d’être parfaitement certain d’agir à peu près de la bonne manière. Cependant, c’est assez radical « sans devoirs » sachant que dans tout apprentissage (piano, danse, langue, sport…) le travail personnel en dehors du cadre est important et formateur. Je donne peu de travail et il est ciblé : lecture de textes, préparation des expressions écrites, apprentissage par coeur, création de dessins, graphismes… En revanche, je ne donne pas d’expérimentations ou d’exercices ; ils sont tous fait en classe.
      Le « travail à la maison » est, d’après mes lectures, toujours un calvaire pour tous les pays et toutes les époques. A méditer ?

      Pour cette expérience avec Slack, je ferai le bilan en juin 2017, après 10 mois d’utilisation. Pour le moment je regarde comment nous nous comportons, les élèves et moi, avec cet outil, et/ou comment je peux l’utiliser pour une aide au travail personnel et l’apprentissage de la coopération-collaboration.

      J’espère que des petits groupes d’élèves auront aussi l’idée de créer leur propre team.

      J’espère également, rêvons un peu, que cette application sera un jour utilisée par des équipes pédagogiques (avec CPE) d’une classe pour échanger rapidement et efficacement sur les élèves, les EPI, l’Histoire des Arts, la pédagogie…

      L’utilisation du numérique chez les jeunes enfants du collège ? Il me semble, après de nombreuses expériences, que 100% des enfants attendent en premier lieu beaucoup de dialogues, de feedbacks positifs et de mots réconfortants, de refus, d’empathie, d’expérimentations, de compréhension, d’émotions, d’interdictions, de cours structurés et d’objectifs précis, d’aide de la part de l’adulte pendant le cours plutôt que d’utiliser un ordinateur ou un smartphone, objet assez impersonnel, sans émotions.

      N’hésite pas à me tenir informé si tu l’utilises. Nous pourrions compléter nos expériences (en utilisant Slack?).

Laisser un commentaire ou une aide, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :