Apprendre la gratitude et l’empathie avec des Coeurtes

Dans un établissement scolaire, nous ne produisons rien. La priorité n’est pas le transfert d’énergie ou la création de matériels ou de services. Le but est de permettre à chaque enfant de transformer des messages en informations. Ce sont ces transformations, ainsi que les expérimentations qui en découlent, qui permettent la possibilité de développements cognitifs. Ces développements entrainent, si possible, pour les enfants de meilleures capacités de compréhension du monde qui les entoure et ainsi de meilleures possibilités pour pouvoir répondre aux changements.

Expliquer ce qu’est enseigner semble impossible. Enseigner et apprendre sont des processus complexes et chaotiques pour lesquels les solutions n’existent que dans l’instant. Enseigner et apprendre sont intimement liés au contexte ou à l’environnement et à l’individu ou à ses capacités sensorielles, émotionnelles, cognitives. Enseigner et apprendre sont des actes à la fois intimes ainsi que le résultat d’interactions entre des individus. Lire la suite « Apprendre la gratitude et l’empathie avec des Coeurtes »

Publicités

La Dictée Amicale

Le but, me semble-t-il, n’est pas de trouver une méthode, mais de modifier l’état d’esprit du système éducatif.

En classe, pendant une séance d’apprentissage, chaque élève apprend à être attentif aux paroles d’un(e) enseignant(e) pendant cinq, quinze ou trente minutes. C’est un apprentissage exigeant dans la mesure où les élèves de collège, âgés de 11 à 15 ans, n’ont pas encore les capacités cognitives suffisantes pour conserver leur attention aussi longtemps. La bienveillance et son corollaire l’exigence sont une des clefs de l’apprentissage ; enseigner, c’est en premier lieu protéger des individus qui n’ont pas encore un cerveau mature. Lire la suite « La Dictée Amicale »

Changer à bon escient c’est aussi être compétent

Depuis début septembre, chaque semaine, je mets les élèves de 5ème, 4ème et 3ème au défi de réussir à écrire correctement les verbes du premier groupe dans une très courte phrase, soit à l’infinitif, soit au participe passé. Etre compétent c’est savoir faire la même chose à bon escient dans des situations différentes.

Pour chaque routine, les élèves ont à leur disposition des documents pour apprendre à faire leur choix :

– ils ont le droit de regarder les précédentes routines Lire la suite « Changer à bon escient c’est aussi être compétent »

Faire toujours la même chose à bon escient, c’est être compétent.

Aider chaque élève à organiser ses connaissances et à progresser dans sa formation, à devenir compétent, c’est lui apprendre à créer des ensembles, des groupes, à prendre conscience de l’existence de patterns. La première activité cognitive, quelque soit le niveau scolaire ou la discipline, est de Trier-Classer-Ranger. Lire la suite « Faire toujours la même chose à bon escient, c’est être compétent. »

Penser pour agir pour penser : de la préhension à la compréhension

« Les premiers mouvements de l’enfant et ses jeux auraient pour fonction à la fois l’apprentissage de programmes moteurs et la constitution de modèles internes, d’où l’importance et surtout la variabilité des compétences qui seront induites, chez chaque enfant, en fonction des modèles internes qu’il aura pu construire« , écrit Alain Berthoz dans Le sens du mouvement. Lire la suite « Penser pour agir pour penser : de la préhension à la compréhension »

L’apprentissage est une oscillation créant des structures instables et floues

Je constate que plus on dépense de l’énergie pour avancer dans les connaissances et pour agir avec des progrès, plus on doit développer de l’énergie pour inhiber d’anciennes connaissances ou stratégies obsolètes et pour lutter contre ceux qui les maintiennent.

QUELQUES QUESTIONS

Faut-il privilégier le travail individuel ou l’apprentissage en groupe ? Faut-il guider ou plutôt accompagner ? Faudrait-il privilégier la maîtrise de la proposition subordonnée conjonctive ou avoir manipulé différentes propositions et les avoir différenciées sans pouvoir les nommer avec précision ? Faudrait-il apprendre par coeur ou utiliser de la documentation pour résoudre un problème ? Faudrait-il émettre des hypothèses ou construire des preuves ? Lire la suite « L’apprentissage est une oscillation créant des structures instables et floues »

Aider les élèves à émettre des hypothèses

Pour travailler par compétences, il est primordial d’entrer dans la boîte noire, d’utiliser la complexité, afin d’aider les élèves à améliorer leurs capacités cognitives. Il est clair qu’en récitant par coeur le Grevisse, sans aucune nuance, à des enfants de 12 ans, ils ne comprendront rien à la grammaire.

Il m’avait été difficile d’inciter les élèves à écrire des hypothèses dans leur cahier-laboratoire. Toujours dans une approche constructiviste, il me fallait trouver une solution afin que les élèves demeurent les acteurs de leur propre apprentissage, découvertes, processus cognitifs, aventures, etc. En effet, il ne s’agit pas qu’ils répètent uniquement ce que je peux leur dire. Lire la suite « Aider les élèves à émettre des hypothèses »

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑