Mots-clefs

, , ,

A partir du Manifeste Agile (traduction avec « solution » à la place de « logiciel ») (et en anglais) il semble envisageable d’adapter ces 4 valeurs pour un enseignement agile-adaptatif :

Nous découvrons de meilleures façons de développer des solutions par notre pratique et en aidant les autres dans leur pratique.

Grâce à ce travail, nous en sommes venus à valoriser :

– les individus et leurs interactions de préférence aux processus et aux outils

+

– des prises de décisions individuelles et collectives de préférence à des retranscriptions de théories

Le 23 novembre 02016 : Ajout du mot « individuelles » précisant que le but de la formation en classe est de faire progresser chaque élève et non un groupe. L’ensemble du groupe, ou les groupes dans la classe, est un ressource pour aider chacun à progresser et/ou modifier ses informations et son comportement. Je pense qu’il faut faire attention à ce que le groupe, avec les créations qu’il peut faire, ne soit pas un biais.

Le 13 juillet 02017 : modification de « des créations individuelles de préférence à des connaissances exhaustives » par « des expérimentations individuelles et collectives de préférences à des lectures et des prises de note de théories« .

Le 15 octobre 02017 : J’ai eu la chance de pouvoir échanger avec Alistair Cockburn (co-auteur du Manifeste Agile) à Agile Tour Rennes. Pour Alistair il est important de prendre une décision afin d’obtenir un feedback le plus rapidement possible. En effet un individu, enfant ou adulte, ne doit pas poursuivre son apprentissage en conservant une erreur. En effet, les erreurs doivent être détectées le plus tôt possible. Créer un produit, ou un logiciel, est une décision matérielle : « a working software ». Par conséquent, ce qui se rapproche le plus du « working software » c’est dans le cas de l’enseignement « prendre une décision » lorsque l’élève écrit ou dit une réponse en attendant d’avoir un feedback. Je modifie donc « des expérimentations individuelles et collectives » en « des prises de décisions individuelles et collectives« . C’est d’ailleurs le sujet du jeu « Lean Tak Off » d’Alfred Almendra : prendre la décision de conserver un choix pour le confronter au feedback du dé. Il me reste à modifier « des prises de notes de théories » = indiquer qu’il ne suffit pas de savoir par coeur une théorie ou de la recopier.

+

– la collaboration enseignants-parents de préférence à des instructions et des règlements

6 octobre 2012 :  (pas satisfait de « négociation contractuelle« ; négociation sur le programme ? négociation sur le temps ou le processus d’apprentissage ?… Il me semble qu’il faudrait tenir compte des capacités cognitives de l’élève mais utiliser des moyens, en collaboration, pour le soumettre à agir plus rapidement. Voir à propos de l’incitation : La soumission librement consentie de Joule et Beauvois.

8 octobre 02012 : au lieu de « transmission verticale » je pencherais plutôt vers la piste : « … plus que la réduction de l’incertitude ». En effet, la négociation porte sur le temps, la vitesse d’apprentissage, ainsi que sur le nombre de niveaux d’organisation, le nombre de connaissances pour résoudre le problème. Il ne s’agit pas d’éliminer ou d’éradiquer l’incertitude, au contraire : il s’agit, pour l’élève et pour moi, de réduire cette incertitude en essayant de circonscrire le problème, d’où la réduction, l’étayage mentionné par Jérôme Bruner en relation avec la ZDP, concept de Vygotski. C’est en quelque sorte la « négociation contractuelle ».

Le 8 juillet 02015 : je ne suis pas satisfait de « la réduction de l’incertitude« . D’ailleurs je ne suis pas satisfait de : « la collaboration formateur-apprenant plus que la réduction de l’incertitude ». Suite à mon interrogation sur twitter, Isabelle Blasquez me propose ce lien : j’adopte la valeur 3, reflétant l’incertitude : « plus que des négociations complexes ».

Le 12 août 02017 : la phrase  » La collaboration formateur-apprenant de préférence à des négociations complexes » me gène depuis longtemps. Je ne la trouve pas pertinente dans le quotidien. Le lien entre l’enseignant et l’élève est d’ailleurs déjà indiqué dans la première valeur « Les individus et leurs interactions ». Il est primordial que les élèves puissent progresser. Un des moyens pour augmenter leurs chances de progrès est d’associer les parents. A chaque fois que j’ai pu (ou que des collègues ont pu) associer les parents dans la démarche d’apprentissage de leur enfant, il y a eu des réactions positives. Ainsi je crois que « La collaboration Enseignants-Parents de préférence à des instructions et des règlements » est plus cohérent et reflète beaucoup mieux la réalité. En effet, c’est cette collaboration qui permet les progrès de chaque élève observé, aidé, encouragé par ses parents.

+

– la réponse au changement de préférence au respect d’un plan

Précisément, même si les éléments de droite ont de la valeur

nous reconnaissons davantage de valeur dans les éléments de gauche

*

 

Publicités